La région de Mariovo

La région de Mariovo est une région vallonnée et montagneuse située dans la partie sud de la République de Macédoine. La région est entourée de massifs de haute montagne et est divisée par la rivière Tsrna en deux sous-régions appelées Malo ou Novo Mariovo (à gauche) et Golemo ou StaroMariovo, à droite. Administrativement, la région de Mariovo appartient aux municipalités de Novatsi, Kavadartsi et Prilep et comptait dans le passé plus de quarante zones rurales.

Mariovo region

La vie organisée à Mariovo a une continuité de la préhistoire à aujourd’hui. En tant que contrée montagneuse complètement isolée et cachée, loin des routes les plus importantes, la région de Mariovo était très peu exposée aux changements ethniques et culturels.

Des découvertes néolithiques à plusieurs endroits confirment l’existence de colonies préhistoriques. Dans la période antique, la contrée appartenait à la région macédonienne Pélagonie. Il existe des données selon lesquelles Mariovo était habitée par des Illyriens et des Thraces, qui ont ensuite été assimilés par la migration des tribus slaves méridionaux, les Brsiaques.

St. Elijah church, Melnica

Au cours de l’Empire byzantin en 1019, la région est connue sous le nom de « Merihova », lorsqu’avec la région avoisinante de Meglen, elles ont formé le diocèse de Meglen.

Bien que Mariovo soit historiquement tombée sous différentes autorités (l’Empire byzantin, la Bulgarie, la Serbie, la Turquie) en raison de sa proximité avec les grands centres urbains, la domination était plutôt formelle, grâce à son inaccessibilité et à son autonomie géographique.

Stone Bridge Zovich village

À nos jours, à Mariovo est vivante la légende de la princesse Maria, également connue sous le nom de MaraSultania, qui était la fille d’un souverain chrétien.

Maria était largement connue par sa beauté et, par un mariage arrangé, elle est devenue l’épouse du sultan. Éduquée et intelligente, le sultan est rapidement tombé amoureux d’elle. Maria était la préférée de son harem. En vieillissant, Maria a eu l’envie de se reconvertir à son ancienne religion. Étant donné que le sultan l’aimait beaucoup, il l’a permis, mais en tant que chrétienne, elle ne pouvait pas rester dans son harem.

Il lui a permis de choisir où elle voulait continuer sa vie. Maria s’est d’abord rendue au monastère de Treskavets, près de Prilep, où elle a été brutalement rejetée par le doyen du monastère.

Elle partit, mais revint bientôt avec une armée et ordonna que tous les moines soient tués et que le monastère soit incendié. Puis elle s’est dirigée vers le village de Vitolichté, qu’elle a choisi comme une nouvelle résidence et a construit le monastère de Tchebren sur la rivière Tsrna. Le sultan a accordé toute la région à Maria par décret royal, et depuis lors, la région est devenue « le pays qui appartient à Maria » ou « Mariovo ».

Ceci n’est qu’une des légendes associées à la princesse Maria. Néanmoins, certains faits historiques qui coïncident confèrent de la crédibilité à l’histoire.

Skochivir Gorge of Crna River

Pendant la domination ottomane, la région de Mariovo avait un statut spécial de province autonome « le hass». En conséquence, la région est restée une zone slave pure et compacte avec peu d’influences culturelles ou autres, où les anciens noms slaves de divers sites sont préservés.

La région a été particulièrement touchée pendant la Première Guerre mondiale, lorsqu’elle était à même la ligne du front et que certains villages ont été complètement détruits.

Mariovo a réalisé son plus grand développement économique dans la période qui a suivi la Seconde Guerre mondiale, jusqu’aux années 1970, lorsque le processus d’exode rural a commencé. Aujourd’hui, Mariovo est l’une des régions les moins peuplées des Balkans.

Feel free to share this