Site archéologique « Marta » dans le village Zovikj

En archéologie, l’âge du fer fait référence à l’avènement de la métallurgie. L’avènement du fer lui-même coïncide avec d’autres changements dans certaines cultures du passé, qui souvent avaient des pratiques agricoles, des croyances religieuses et des styles artistiques plus sophistiqués.

Le fer a longtemps été utilisé principalement pour fabriquer des armes, tandis que le bronze continue à être utilisé pour la fabrication des outils ainsi que dans l’art. Pour Europe centrale, cela signifie, en premier lieu, une période de stabilisation après les émigrations égéennes et, en deuxième lieu, la formation des peuples et tribus paléo-balkaniques, qui se manifeste par une large unité de matériel culturel. Cette époque a une importance particulière dans la séparation des ethnies régionales, le traçage de leur genèse, mais aussi dans l’élaboration de leur chronologie qui permet un traçage complet du parcours historique.

L’âge du fer en Macédoine est divisé en trois périodes: l’âge du fer I (1200-900 avant J-C), l’âge du fer II (900-700 avant J-C) et l’âge du fer III (700-500 avant J-C). À la fin du VI siècle avant J-C, la majeure partie de Macédoine perd surtout son caractère préhistorique dans la culture matérielle. Le territoire situé dans la région centrale des Balkans n’était pas un environnement géographique, culturel et ethnique fermé et isolé. Il a été influencé par d’autres groupes culturels des régions voisines. Les vallées de Vardar et d’autres rivières étaient une liaison spéciale entre le nord et le sud, c’est-à-dire, entre l’Europe centrale et la mer Égée.

Dans la zone du village de Zovikj, à l’endroit appelé Marta, en 1963, lors de la prospection au sol, deux tombes presque ouvertes de dalles monolithiques massives- des kystes ont été trouvées. Un bol avec des ornements colorés a été trouvé dans une tombe et une lance en fer dans l’autre. Marta est enregistrée comme un site archéologique, une nécropole de l’âge du fer (I).

La colline Marta a attiré l’attention et suscité des histoires mystiques et mythologiques parmi les habitants, d’un lieu où des puissances supérieures ou des phénomènes miraculeux sont présents. Ce n’est pas un hasard si le nom de la colline Marta est associé au culte xanthique de Marta lié à l’éveil de la terre et à la naissance du printemps.

Feel free to share this